THD

La 1ère étape du Barcamp Tour organisé par le collectif OpenGov Tunisie s’est déroulée à l’INSAT, le dimanche 29 avril. Au programme, des ateliers d’initiation à l’OpenGov avec différents domaines, comme le droit, l’économie, la démocratie ou encore la recherche scientifique. Mais la vedette a été incontestablement Richard Matthew Stallman, plus connu sous le nom du père du libre.

Le Barcamp INSAT a été donc la 1ère étape de la tournée de Richard Stallman, qui inclut aussi Medjez el Beb, le 1er mai, et Monastir le lendemain. RMS, comme le surnomme la communauté du Libre, était présent pour parler du «Chemin des logiciels libres». Avec son humour bien spécifique, nous avons découvert une personnalité hors du commun : véritable militant pour les logiciels libres (Et non Open Source comme certains le pensent, car les 2 principes sont totalement différents), il a surtout parlé de la célèbre licence GNU, dont il est l’un des premiers rédacteurs.

Dédiant entièrement ses activités au libre, il n’a cessé de fustiger les logiciels propriétaires, qu’il qualifie de «privateurs». Windows, Mac, Internet Explorer, Real Player, Facebook, voir le Cloud, toutes ces solutions et sites web sont, selon RMS, des malwares, des logiciels malveillants qui restreignent la liberté personnelle de l’utilisateur de l’ordinateur.

Il prêche donc pour un monde où les logiciels libres règneront, et souhaite que les gouvernements fassent plus d’effort pour généraliser leur utilisation dans tous les domaines. Questionné par THD à propos du Libre et la Tunisie, il a déclaré ne pas détenir toutes les informations sur le rôle des logiciels libres dans la révolution, il s’est donc abstenu de répondre à cette question.

Il trouve, par contre, que le choix du gouvernement de continuer avec Microsoft était une erreur grave qui allait mal avec la liberté acquise. Selon M. Stallman, Ben Ali avait au début opté pour le Free, puis avait migré pour Microsoft pour pouvoir espionner son peuple et le prendre dans des tenailles. Continuer la coopération avec les logiciels «privateurs» et ce, malgré tous les sévices qu’ils ont causés, est décevant, a-t-il déclaré.

Une visite du père de la GNU qui constitue donc un évènement majeur pour la communauté des logiciels libres de Tunisie, qui a pu offrir à leurs membres toute l’expérience et le savoir d’une personnalité pas comme les autres.

Seif Eddine Akkari

Laissez votre commentaire sur le forum


Inscrivez vous à notre newsletter pour recevoir toute la nouveauté.